Skip to content

Accueil > Contenus pédagogiques > Internet en Classe Relais et Segpa

Internet en Classe Relais et Segpa

dimanche 3 mars 2013, par Florian Reynaud

Après cinq ou six sessions particulièrement stériles en Classe Relais, je présente ici une séquence pédagogique qui me semble intéressante du point de vue d’une nécessaire conciliation de ces élèves avec l’intérêt et la nécessité d’apprentissages liés au développement de leur culture informationnelle.

Le travail présenté ci-dessous, sous forme de témoignage, est une séquence de découverte de l’Internet, partant des pratiques et connaissances des élèves pour aller vers d’autres connaissances (gestion des cookies, économie du web...) et des aspects techniques (web statique, web dynamique...). Cette séquence convient pour un petit groupe d’élèves, jusque 10, pas davantage me semble-t-il ; c’est pourquoi je la présente aussi comme pouvant convenir à une classe de Segpa, de 6e ou 5e. Précisons enfin que cette séquence est très inspirée par l’intervention de Frédéric Rabat, professeur documentaliste, lors de la journée académique des professeurs documentalistes de l’Académie de Rouen [1], et par les différents articles pédagogiques disponibles sur le site Cactus Acide [2].

Objectifs pédagogiques : favoriser l’échange autour des connaissances des élèves afin de les dépasser, pour développer des connaissances sur le document numérique (page Internet, site Internet, base de données, moteur de recherche, portail, campagne de publicité et publicité ciblée) ainsi que des savoir-faire (fonctionnement de sites collaboratifs, comme Wikipédia, Vikidia, fonctionnement et utilisation raisonnée d’un moteur de recherche, prise en mains de sites d’information en ligne), réconcilier des élèves en difficulté scolaire avec les apprentissages info-documentaires et avec les apprentissages liés au développement de leur culture informationnelle.

1re séance : typologie de sites web

Il s’agit, pour commencer, de présenter le logiciel FreePlane [3], ou tout autre logiciel permettant de créer des cartes heuristiques ou cartes mentales. On projette l’interface au tableau, avec un nuage "Internet" au centre. A eux ensuite d’énoncer les différents types de sites web qu’ils connaissent, avec des exemples. Quand il est difficile de préciser des types de sites web, on part de l’exemple et on essaie de leur faire trouver de quel type de site il s’agit.

On commence ainsi l’élaboration de la carte heuristique (voir en fin d’article pour l’évolution de la 1re à la 6e séance), avec le souhait que les élèves réfléchissent entre temps à des types de sites qu’on aurait oubliés (les forums par exemple).

Observations : Pendant la séance, on observe une émulation à trouver en premier des exemples de sites ou des types de sites. A la fin de cette 1re séance, les élèves sont surpris du travail accompli en voyant la taille de la carte heuristique élaborée en commun. Dans une classe de Segpa, on peut envisager que chacun crée une carte heuristique (difficile en Classe Relais quand les élèves sont trop susceptibles de décrocher de l’activité commune en profitant d’un accès individuel à Internet).

2e à 4e séances : web statique et web dynamique

Après avoir projeté le travail terminé lors de la 1re séance, il s’agit de présenter le web statique et le web dynamique, puis de chercher à savoir où situer chaque type de sites. On utilise quatre couleurs : une couleur pour le web statique, une couleur pour un web dynamique dans lequel on influe pas sur les contenus (moteurs de recherche), une autre pour un web dynamique dans lequel on influe sur l’interface sans réellement créer de contenus (jeux en ligne, achats en ligne), une autre enfin pour un web dynamique qui suppose une réelle modification ou une création de contenus (blogs, réseaux sociaux).

La mise en place des quatre couleurs se fait au fur et à mesure que l’on a remarqué qu’il y avait des distinctions importantes à faire dans le web dynamique (fonctionnant avec du PHP et des bases de données, éventuellement du flash).

Ce travail est l’occasion de préciser le fonctionnement de chaque type de sites, en naviguant sur des sites en exemple pour clarifier le propos. Ce travail prend plusieurs séances, pour aller au fond pour chaque type de sites. Par exemple, pour les moteurs de recherche (Google, Yahoo, mais aussi pagesjaunes.fr), on précise le principe du référencement, de la recherche de réponses à l’intérieur d’une base de données (éventuellement avec un tableau LibreOffice Calc pour simplifier l’illustration d’une base de données). Cela permet de faire le point sur les différences existantes entre réseaux sociaux, par exemple entre Facebook et Twitter : lequel est plus intime, quelles sont les possibles paramètres de confidentialité de chaque réseau, quelle est la différence dans les possibilités de publication... Cela permet de préciser avec les élèves, selon leurs connaissances, les différentes techniques d’accès aux contenus culturels...

A chaque début de séance, on prend le temps, de 15 à 20 minutes, pour faire le point sur ce qui a été vu précédemment.

Observations : Sur les moteurs de recherche, surtout, le travail permet de relever certaines idées fausses et de les "combattre", avec démonstration soutenue ! "Ben oui, on peut mettre une image sur Google Images, sinon on ne pourrait pas trouver d’images" (non, les images sont publiés sur des sites indépendants de Google, et Google les référence) ; "l’image correspond au texte écrit" (non, elle porte un titre avec le texte écrit ou est placée à côté d’un texte identique à celui de la requête)...

5e et 6e séances : la recherche d’information et d’actualité

Dans la 5e séance, comme dans les précédentes, on prend le temps de faire le point sur la carte heuristique, avec un regroupement par couleur, un récapitulatif des sites, du fonctionnement technique et de leur utilité, avec la possibilité de corriger encore quelques incompréhensions (avec un échange plus vif, d’ailleurs, à ce niveau, entre les élèves qui ont assimilés et qui expliquent aux autres qui n’ont pas tout compris encore).

Ensuite, après avoir cerné l’ensemble des groupes définis dans la typologie, on aborde spécifiquement, en dernier, les sites sur lesquels on trouve des informations documentaires et les sites sur lesquels on peut se tenir informés de l’actualité. Partant de ce que connaissent les élèves, on dissèque le fonctionnement de Wikipédia, mais on présente aussi d’autres wikis, en particulier Vikidia, modèle simplifié de l’encyclopédie collaborative ; cela permet d’aborder la notion de pertinence, ainsi quand un élève précise que Vikidia, c’est nul parce qu’il y a moins d’informations, ou quand un élève demande quelle est finalement la meilleure encyclopédie, entre les deux. Pour l’actualité, le développement s’est porté sur le version en ligne du Parisien, avec un exemplaire imprimé à disposition pour faire le lien et montrer les différences (instantanéité supposé, interactivité...).

Dans la dernière séance, on ouvre davantage à l’information en ligne, avec plusieurs sites affichés : titres mixtes (comparaison avec l’exemplaire vendu en kiosque), agrégateurs (qui permet d’aborder la définition des agences de presse), pure players, sites de chaînes info. On compare les "Unes", la présentation, le choix des articles du même jour, la "ligne éditoriale".

Voici ce que cela donne à la fin de la sixième séance (on est ici resté dans l’idée d’un brouillon, mais on peut choisir de rendre cela plus présentable pour le remettre aux élèves par exemple) [4] :

Flash ou Javascript ne sont pas activés. Activez-les et relancez la page !

Documents joints

Notes

[1Chasme, Ghislain. "Les enjeux de l’identité numérique : d’une empreinte numérique subie à une présence numérique maîtrisée", in Document@tion Rouen, 06/01/2013 [en ligne]. Disponible sur http://documentation.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article442. Consulté le 07/01/2013.

[4Pour insérer une carte de Freemind ou Freeplane dans un article SPIP3, on utilise le plugin disponible à cette adresse : http://contrib.spip.net/Inserer-une-carte-Freemind-dans-un, avec ensuite pour l’intégration dans l’article même, entre chevrons, freemind|doc=XX.

Répondre à cet article