Skip to content

Accueil > Professeur documentaliste : métier > L’information-documentation et l’EMI (3/5)

L’information-documentation et l’EMI (3/5)

3. La matrice EMI de Toulouse

lundi 22 mai 2017, par Florian Reynaud

Plutôt que de partir de l’information-documentation, quelle qu’en soit la référence, les collègues du groupe des Travaux académiques mutualisés de l’académie de Toulouse ont fait un choix différent, celui de partir du référentiel EMI pour redéfinir le rôle spécifique de l’information-documentation [1].

Toutefois, passée cette intention, la matrice ne se préoccupe finalement pas des items du référentiel, pas davantage des quatre domaines [2]. Sa base de travail, ce sont les trois axes qui, comme on l’a vu, sont issus du cadre général du curriculum en information-documentation.

De ce point de vue, on peut considérer comme un défaut, à partir de ces axes, de redéfinir des objectifs ou domaines, d’autant plus au nombre de six, comme le référentiel propose de son côté quatre nouveaux objectifs ou domaines. C’est créer de la complexité pour tous. Mais c’est question de point de vue, au-delà tout de même du nombre trop élevé de grands objectifs, comme on peut estimer pertinent, initialement, de développer, avec cette matrice, un autre programme en information-documentation, ensuite accompagnée d’exemples d’activités pédagogiques ou de séquences. Pour ces séquences toutefois, on retrouve bien les trois axes de l’EMI, mais une présentation des séquences par les cinq domaines du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, avec une correspondance plus ou moins claire avec les six objectifs de la matrice, selon le domaine concerné du Socle.

Une autre limite de cette matrice est de distinguer quatre « facettes », l’information-documentation en premier lieu, champs le plus développé dans cette matrice, puis l’éducation aux médias, avec une notion de média qui ne se limite aux médias d’information, puis la culture numérique, restreinte ici à « des savoir-faire manipulatoires et de compréhension des objets numériques », enfin une facette « citoyenne et éthique », « qui s’appuie sur l’éthique, le comportement, les questions du choix et de la responsabilité dans nos sociétés », facette qui relèverait selon les auteurs du principe de « l’éducation à » dans l’EMI. Dans la lecture des propositions de savoirs en éducation aux médias, on peine parfois à cerner la cohérence et l’appui scientifique des assertions, avec l’impression fréquente d’une extrapolation. Ce qui relèverait a priori de savoir-faire informatiques, selon l’introduction, relève bien dans le détail de questions numériques plus larges, de savoirs qui peuvent être confondus parfois avec ce qui est précisé dans le cadre de l’information-documentation, ou d’autres qui relèveraient d’un autre enseignement, tel la technologie. Il en va de même pour la facette citoyenne et éthique, qui permet surtout de dégager des liens pragmatiques avec l’enseignement moral et civique, ou de mettre en exergue la finalité de l’EMI en matière de formation du citoyen.

Mais en considérant la volonté d’un autre programme en information-documentation, il peut être intéressant de cerner les liens, de correspondance ou de similitude, entre le curriculum et la matrice, afin d’en tirer le meilleur parti possible, et donc, si finalement il y a consensus à ce sujet, en reprenant les axes du curriculum. Là encore nous nous focalisons sur le dernier niveau d’acquisition du cycle 4, en précisant en regard le niveau de la matrice qui paraît le plus proche, ou en signalant aussi parfois des compétences qui ne relèvent pas de l’information-documentation dans la matrice, en le précisant alors. Parfois tout de même nous avons relevé deux niveaux d’une même progression, à partir d’une notion, tant chaque niveau pouvait relever de deux approches différentes, ajoutant des notions info-documentaires essentielles à la progression envisagée. Pour le reste, nous renvoyons le lecteur au détail de chaque publication afin de développer une progression cohérente qui le satisfasse dans sa pratique professionnelle.

En ce qui concerne les environnements informationnels et numériques, il existe une différence essentielle entre le curriculum et la matrice, c’est que la matrice met bien davantage l’accent sur le numérique, l’informatique, oubliant quelque peu dans le détail les ressources physiques. Pour le reste, globalement, les objectifs correspondent, avec des entrées pourtant très différentes.

Environnements informationnels et numériques
Savoirs en info-doc Compétences de la matrice EMI
• [6ème] Comprendre la structure d’un livre documentaire, d’un périodique, d’un site web • Obj. 4 Niv. 2. Site Web. L’élève sait retrouver les éléments d’identification et de contact de l’auteur d’un site Web. A la lecture de l’adresse de la page Web, il sait s’il est sur la page d’accueil ou sur un autre page spécifique du site.

• Obj. 4. Niv. 2. Architecture de l’information. Il sait, lorsqu’il accède à une page Web, retrouver la page d’accueil du site. L’élève sait que l’architecture de l’information d’un site Web oriente l’usager dans sa navigation.

• Obj. 4. EAM. Savoir qu’une page écran se compose d’un texte et d’un paratexte.
• [5ème] Comprendre le principe de stockage des informations en ligne • Obj. 4. Niv. 3. Site Web. L’élève sait que la mise en ligne d’un site Web suppose un hébergement des données.

• Obj. 4. CN. Savoir que la mise en ligne suppose un hébergement de ses données sur des serveurs distants.

• Obj. 2. CN. Connaître le stockage à distance des documents numériques (fermes de serveurs de Google, centre de données).
• [5ème] Pour chaque support, connaître le modèle de publication, de production documentaire • Obj. 1. EAM. Connaître la chaîne de production médiatique de chaque support.

• Obj. 4. CN. Savoir qu’il existe plusieurs langages de programmation sur le Web (HTML, CSS…).

• Obj. 4. CN. Savoir afficher le code source d’une page Web et y copier-coller un contenu.
• [4ème] Connaître les procédures de numérisation de documents de différents types • Obj. 3. CN. Savoir différencier un document numérisé et un document créé en ligne.
• [4ème] Différencier web statique et web dynamique, découvrir les enjeux associés à l’instabilité documentaire • Obj. 3. CN. Comprendre que dans le processus d’éditorialisation et de redocumentarisation, l’information n’est plus stockée nécessairement au même endroit.
• [3ème] Comprendre le fonctionnement d’une base de données, en tant qu’outil permettant l’enregistrement et l’accès à l’information • Obj. 2. CN. Comprendre les principes du traitement automatique et algorithmique des données des outils de recherche (moteur de recherche, page rank, algorithme).

• Obj. 3. CN. Percevoir la dimension algorithmique de la technique de recommandation sur le Web.
• [3ème] Commencer à maîtriser son environnement informationnel et son évolution, avec la connaissance de ressources de référence (numériques, imprimées) • Obj. 2. Niv. 1. Espace informationnel. L’élève est capable d’identifier des lieux physiques de connaissances et d’information et de comprendre qu’ils se prolongent par des espace en ligne […].
• [3ème] Définir le ou les types de document à consulter selon le besoin d’information • Obj. 2. Niv. 2. Espace informationnel. L’élève est capable de déterminer son besoin d’information pour mettre en place un système d’information personnalisé.

• Obj.1 EAM. Connaître et différencier les supports de publication (papier, site, blog, forum, wiki, réseau social…).
• [3ème] Faire le lien entre l’instabilité documentaire et la conception des documents numériques • Obj.1. EAM. Comprendre que les documents collaboratifs ne sont pas stables mais en perpétuelle mise à jour.
• [3ème] Identifier et reporter les références d’un document (auteur, titre, édition, collection, date de publication, nombre de pages, URL…) • Obj. 1 Niv. 1. Droit de l’information. L’élève sait citer ses sources. Il sait que chacun est propriétaire de son image. [le niveau 2 porte l’exigence de connaître les licences Creative Commons et de savoir demander l’autorisation de publier une image ou de publier un son – la première entrée est intéressante, reprise par ailleurs dans le curriculum, quand la deuxième questionne la pertinence d’une telle compétence procédurale].
• [3ème] Connaître des exemples d’éditeurs et de collections
La notion de type de source est absente du curriculum en cycle 4, relevant alors d’une notion secondaire qui peut être développée dans une activité d’identification des références. • Obj. 6. Niv. 2. Source. L’élève peut regrouper en grandes catégories les sources qui mettent en ligne les documents numériques. Il perçoit une intention de publication. L’élève sait identifier une source et en noter les références.

En ce qui concerne le processus d’information et de documentation, les regroupements sont plus évidents, avec une linéarité dans le curriculum qui est écartée volontairement de la matrice, en laissant de côté quelques notions, considérées comme essentielles dans le curriculum, la classification, le référencement, la fiabilité, avec une mise en exergue, a contrario, des notions d’éditorialisation et de redocumentarisation.

Processus d’information et de documentation
Savoirs en info-doc Compétences de la matrice EMI
• [3ème] Définir les mots clés utiles à une recherche et modifier sa recherche selon les résultats et le besoin d’information • Obj. 2 Niv. 2. Besoin d’information. L’élève sait préciser son besoin d’information en fonction de ses recherches, et compléter ses mots clés.
• [6ème] Savoir utiliser les outils de recherche (index et sommaire d’un livre documentaire, barre de recherche d’un moteur de recherche) • Obj. 2. Niv. 1. Outil de recherche. […] L’élève connaît la notion d’index dans les livres documentaires et sait qu’un principe similaire d’indexation est utilisé pour le fonctionnement d’un moteur de recherche, il connaît différents moteurs de recherche.
• [6ème] Utiliser la navigation arborescente et hypertextuelle pour rechercher des informations • Obj. 4. Niv. 2. Hyperlien. L’élève sait choisir avec pertinence les hyperliens à consulter en fonction de son besoin d’information. Rétrospectivement à une recherche, il sait revenir sur un parcours de lecture guidé par les hyperliens. Il sait créer lui-même des hypertextes dans un document.
• [6ème] Distinguer navigateur et moteur de recherche Distinction de niveau 1 qui n’est pas mentionnée dans la matrice.
• [3ème] Savoir utiliser le catalogue du CDI Deux éléments absents de la matrice, le catalogue étant une notion « liée », non questionnée directement.
• [5ème] Trouver des documents dans le CDI, à partir d’une recherche, sans aide
• [3ème] Comprendre les principes intellectuels de la classification et du référencement Deux notions absentes de la matrice.
• [3ème] Comprendre le lien entre une base de données et un outil de recherche. Connaître plusieurs outils de recherche et leur fonctionnement • Obj. 2. Niv. 2. Outil de recherche. L’élève comprend le principe de fonctionnement d’un outil de recherche et le principe d’indexation. L’élève sait déterminer quel est l’outil de recherche adéquat pour répondre à son besoin d’information.

• Obj. 2 Niv. 3. Besoin d’information. L’élève est capable de faire évoluer sa stratégie de recherche au regard de son besoin d’information et d’utiliser de manière complémentaire différents outils de recherche.
• [5ème] Connaître simplement le fonctionnement d’un moteur de recherche
• [3ème] Définir son besoin d’information
• [3ème] Choisir un outil de recherche selon la définition du besoin d’information
• [3ème] Connaître le principe de la veille informationnelle et de son fonctionnement • Obj. 2. Niv.3 . Espace informationnel. L’élève est capable de mettre en place un écosystème de veille.

• Obj. 2. CN. Savoir utiliser les fonctions de veille informationnelle d’un réseau social.

• Obj. 2. CN. Connaître le fonctionnement des flux RSS.
• [3ème] Evaluer ou réévaluer la pertinence d’un document lors d’une recherche • Obj. 1 Niv. 3. Pertinence. L’élève est capable de faire évoluer la pertinence d’une information en fonction du contexte de sa recherche : production visée, public et place de cette information dans son argumentation (illustration, argument nouveau, type de source…).
• [3ème] Evaluer la fiabilité d’une information lors d’une recherche, à partir de critères simples La notion de fiabilité est une notion « liée », dans la matrice, elle n’est pas questionnée directement.
• [3ème] Collecter les informations à partir d’un document selon un besoin d’information • Obj. 3. Niv. 1. Redocumentarisation. L’élève sait utiliser des documents pour en extraire des informations sélectionnées en copier-coller, sous forme par exemple de document de collecte, et citer sa source (adresse URL).

• Obj. 3. Niv. 1. Editorialisation. L’élève sait agréger plusieurs documents lors de sa prise de note […].
• [3ème] Réaliser une production documentaire à partir d’une recherche d’information, en citant les sources • Obj. 1 EAM. Produire des documents multiples (son, affiche, texte, diaporama, infographie, animation, oral…).
• [3ème] Choisir le mode de publication adapté à la communication de l’information produite _ • Obj. 1. Niv. 2. Publication. L’élève connaît différents outils de publication et sait choisir, en fonction du public qu’il vise, l’outil et le support les plus adaptés.

• Obj. 3. Niv. 2. Editorialisation. L’élève sait choisir un outil selon son objectif de communication […].

• Obj. 5. EAM. Comprendre que ce que l’on publie aura plus ou moins d’audience selon la plateforme choisie.

Pour l’axe relatif au recul critique sur les médias, les TIC et l’information, les savoirs sont moins considérés dans la matrice comme relevant de l’information-documentation, même si ce sont des sujets d’étude et de recherche en Sciences de l’information et de la communication, avec une forme de clivage entre l’information et le média (qui ne relève pas d’un clivage entre culture informationnelle et culture médiatique, a priori). Si la connaissance de médias comme exemples, même dans leur utilisation, peut relever d’une éducation aux médias, encore se pose alors la question de la responsabilité pédagogique de cette éducation aux médias. Il peut sembler que les notions de type d’information et d’économie de l’information aient un prisme info-documentaire essentiel à développer, de même que celles des notions de trace numérique et d’identité numérique, que la matrice rattache à l’information-documentation.

Recul critique sur les médias, les TIC et l’information
Savoirs en info-doc Compétences de la matrice EMI
• [3ème] Connaître plusieurs médias et les bases de leur modèle économique • Obj. 1 EAM. Connaître le mode de financement des outils du Web 2.0 (Wiki, Google, réseaux sociaux...).

• Obj. 4. CN. Connaître l’histoire du Web et sa structure.
• [3ème] Connaître les principaux médias sociaux en ligne et leur modèle économique. Cerner l’évolution récente des médias sociaux
• [3ème] Connaître différents types d’information • Obj. 4. EAM. Savoir distinguer les différents types de sites Web et leurs finalités en termes de communication.

• Obj. 6. EAM. Savoir faire la distinction entre fait, opinion et commentaire.
• [5ème] Connaître des exemples de médias sociaux en ligne et leur utilité. Cerner les inégalités dans l’utilisation des médias • Obj. 2. C&E. Comprendre que les modes d’accès à l’information peuvent sous-tendre les relations sociales (notion de fracture des usages).
• [3ème] Connaître les bases de l’économie de l’information associée à l’Internet, et en particulier celles des médias sociaux en ligne • Obj. 3. EAM. Reconnaître une recommandation commerciale.

• Obj. 5. EAM. Comprendre la valeur économique des données personnelles […].

• Obj. 5. EAM. Savoir que les outils numériques les plus couramment utilisés sont financés par la vente des données personnelles à des fins publicitaires.
• [3ème] Comprendre le rôle de la médiatisation d’une information dans la construction d’une culture de l’information. Faire le lien entre médiatisation et critères d’évaluation de l’information • Obj. 3. Niv. 2. Recommandation. L’élève comprend les phénomènes de diffusion des informations et il peut reconnaître un phénomène de buzz médiatique.

• Obj. 4. C&E. Savoir rester critique face aux valeurs véhiculées par les sites Web et réseaux sociaux.
• [3ème] Faire le lien entre l’économie de l’information et les enjeux relatifs à la présence numérique et à la construction d’une identité numérique • Obj. 2. C&E. Questionner les enclosures induites par des réseaux sociaux ou certaines plateformes.

• Obj. 5. Niv. 2. Présence numérique. L’élève distingue les traces volontaires, les traces involontaires et les traces héritées. Il prend conscience sur Internet on ne maîtrise pas tout, mais qu’on peut anticiper et maîtriser sa présence.

• Obj. 5. Niv. 1. Identité numérique. L’élève sait quels éléments constituent son identité légale, son identité personnelle. Il prend conscience de son identité numérique […]. [Les niveaux 2 et 3 relèvent davantage de pratiques que de connaissances]

Enfin la responsabilité légale et éthique relative à l’information relève selon la matrice de différentes entrées, pas seulement info-documentaire, mais avec une notion de droit de l’information, en information-documentation, voire d’autorité, qui permettent de structurer l’ensemble.

Responsabilité légale et éthique relative à l’information
Savoirs en info-doc Compétences de la matrice EMI
• [3ème] Connaître les règles de droit concernant le droit de propriété intellectuelle et de droit à l’image • Obj. 1 Niv. 3. Droit de l’information. L’élève sait utiliser les licences Creative Commons pour ses propres productions et sait respecter les droits d’auteurs.

• Obj. 1 C&E. Connaître la propriété intellectuelle.

• Obj. 5. C&E. Comprendre et questionner la question du droit à l’oubli.
• [4ème] Connaître et distinguer la responsabilité auctoriale de la responsabilité éditoriale • Obj. 1. Niv. 2. Autorité. L’élève apprend à évaluer l’autorité d’un document en fonction de critères liés à la connaissance et à la prise en compte des différents types d’auteurs, de l’autorité de l’auteur, de l’autorité de l’organisation éditoriale, du type de document, de l’autorité de l’interface de publication [savoir toutefois plus large que celui mis en regard, relevant d’autres savoirs du curriculum].
• [3ème] Connaître ses droits et devoirs, en tant qu’usager des médias sociaux en ligne et des outils de publication numérique, en relation avec la législation en vigueur • Obj. 1 EAM. Connaître les atouts et limites de la liberté d’expression est encadrée
• [3ème] Connaître les questions morales et légales, de manière simplifiée, posées par le développement des bases de données et par l’ensemble des solutions de stockage de données informationnelles sur des serveurs distants Le savoir du curriculum relèverait selon la matrice de la culture numérique, mais n’y est pas mentionné.
• [3ème] Connaître les questions politiques, scientifiques et juridiques posées par le développement du web et des espaces numériques de travail _ • Obj. 4. C&E. S’interroger sur les évolutions à venir du Web 2.0 avec le développement de l’Internet mobile […].

• Obj. 5. C&E. Questionner les données personnelles : quelles alternatives peut-on penser entre le droit à l’oubli, la propriété des données par les grandes firmes du Web et le filtrage technologique des fournisseurs d’accès.
La notion de discours est absente du curriculum en cycle 4, car, tel qu’elle est notamment développée dans la matrice, n’apparaît pas comme une notion info-documentaire spécifique. • Obj. 6. Niv. 1. Discours. L’élève comprend que la qualification et l’intention de la source orientent le discours porté par un document. Il apprend lui-même à développer un point de vue personnel et à argumenter sur un sujet.

La lecture en parallèle du curriculum en information-documentation et de la matrice EMI permet de profiter de deux approches différentes pour développer les apprentissages à partir des objectifs, et leur évaluation. Mais cette lecture dévoile également deux approches politiques différentes. La première, dans une démarche de chercheurs ou formateurs et dans une démarche d’acteurs associatifs, préalables à l’affirmation de l’EMI, se base sur un corpus info-documentaire de notions à transmettre aux élèves, aujourd’hui 105 notions essentielles dans le Wikinotions Info-Doc [3]. La deuxième, dans une démarche de professionnels associés à une structure institutionnelle, mais avec une indépendance certaine des auteurs, en conséquence de l’exigence institutionnelle d’une EMI, se base sur les grands axes de l’information-documentation, tout en redéfinissant le corpus de notions qui y sont associées, avec une extrapolation vers trois autres domaines d’enseignement, cette fois sans mention explicite des notions.

Si cette différence pose la difficulté de cerner les responsabilités de l’EMI, du fait de ces extrapolations qui relèvent d’un désir de transversalité plutôt que d’interdisciplinarité ou de pluridisciplinarité, elle pose aussi une question essentielle, relative à l’évolution de l’information-documentation, notamment dans son rapport avec les Sciences de l’information et de la communication. D’un côté elle serait cantonnée au système d’information et à la recherche d’information, aux deux premiers axes du curriculum. D’un autre côté elle dépasserait ces deux axes pour investir, dans une approche info-documentaire qui ne rejette pas d’autres approches complémentaires, le rapport aux médias et au droit de l’information. Si les responsabilités scientifiques sont particulièrement claires, avec toutefois, comme dans beaucoup de disciplines, le souhait que ce domaine soit apprécié par tous, la transposition dans le secondaire semble relever d’obédiences idéologiques encore difficilement conciliables, associées à des structures existantes, dépendantes de l’Éducation nationale, dont la raison d’être peut relever en partie de ces choix politiques.

Lire le dossier :

4. Les programmes de cycle 2 et 3

4bis. Les orientations EMI de cycles 2 et 3

5. Les programmes de cycle 4 et de lycée

Accueil du dossier et conclusion

1. De l’osmose à l’intégration

2. Le référentiel EMI

Documents joints

Notes

[1Ensemble des documents relatifs à la « matrice EMI » disponibles sur : http://docs.ac-toulouse.fr/wp/?p=4362

[2Par contre, Frédérique Yvetot a développé des repères de progression à partir des items du référentiel, classés encore différemment, par les trois cultures informationnelle, médiatique, numérique, citoyenne et éthique, pour une entrée par facette puis par item du référentiel donc, à partir desquels items elle reprend, simplifiées, des pistes proposées dans la matrice EMI de Toulouse. Travail disponible sur : http://documentation.discip.ac-caen.fr/IMG/pdf/reperes_progression_emi_caen.pdf

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article